Et si la solution était en moi ?

Il nous est déjà toutes arrivé de faire face à des épreuves dans notre vie : de rencontrer des écueils, de se trouver dans une situation difficile. Problèmes avec un employeur, difficultés dans son couple, incompréhensions avec ses amies, mal-être dans une ville, dans un emploi.

Notre réflexe, dans ces cas-là, est de mettre la faute sur l’autre. Et nous sommes nombreux à réagir comme ça, je te rassure. L’égo n’aime pas avoir tort, il n’aime pas se remettre en question. C’est comme ça.

Alors on cherche par tous les moyens de changer l’autre. Changer son conjoint qui n’est pas assez attentionné, changer son collègue de bureau, changer ses enfants. Changer de ville, changer de métier.

Quand il s’agit de nos proches, on veut leur apprendre comment il faut se comporter. Car on est sûr de détenir la sagesse. On est sûr de détenir la Vérité. On sait ce qu’il faut qu’Ils fassent pour que la situation s’améliore.On pense que c’est lorsque l’on déménagera que notre malaise disparaîtra. Qu’il nous suffit de changer d’entreprise pour aller mieux.

On est persuadé que lorsque l’environnement extérieur changera on se sentira mieux.

 

Chaque personne veut changer le monde, 
mais personne ne songe à se changer soi-même.
Tolstoi

 

Certes, dans certains cas, cela peut s’avérer utile. Fuir un employeur abusif par exemple, ou une amitié toxique.

Mais parfois, c’est en changeant nous même que nous changerons notre environnement. Je sais que la phrase « Sois le changement que tu veux voir dans le monde » de Gandhi circule beaucoup sur les réseaux sociaux. Elle est très percutante et fait réfléchir : mais je peux t’assurer que tu ne prendras réellement conscience de cette leçon que lorsque tu l’auras expérimenté dans ta vie.

En ce qui me concerne, j’ai personnellement expérimenté cette leçon à plusieurs reprises dans ma vie. C’est pour cela qu’à chaque difficulté dans ma vie, je cherche en premier lieu à me remettre en question et à me demander :

 

en quoi mon comportement a-t-il pu participer à l’éclosion de cette difficulté ?

Pour mieux illustrer cette leçon, je vais te présenter quelques situations de la vie courante simplifiées, tirées de mes lectures:

Exemple 1 : Mon mari n’est pas attentionné envers moi. Jamais de compliments, de fleurs. Je ne comprends pas.

Solution « extérieure » : Je change de mari, je préfère en trouver un autre plus attentionné.

Solution « intérieure » : J’analyse mon comportement envers lui. Je me rends compte que je suis très souvent critique à son égard, je ne laisse pas prendre d’initiatives. Je suis sans cesse en train d’interpréter ses faits et gestes de la mauvaise manière. Et si je changeais en me montrant plus avenante, plus attentionnée ?! Si j’avais une attitude plus positive et plus aimante envers lui, ainsi cela lui donnerait plus envie d’être lui-même plus attentionné envers moi … ?

 

Exemple 2 : Je ne comprends pas : je ne garde jamais mes amies plus de 3 mois. C’est toujours pareil, au bout d’un certain temps, elles me contactent de moins en moins, elles refusent mes invitations.

Solution « extérieure » : je vais me faire de nouvelles amies, celles que j’avais ne me convenaient pas.

Solution « intérieure » : Peut-être suis-je trop intrusive ? C’est vrai que je peux les appeler jusqu’à 5 fois par jour…c’est peut-être trop…Et puis, il est vrai que je ne sais pas garder un secret… Je devrais peut-être travailler là-dessus…

 

Ces situations sont volontairement très simplifiées, pour te donner une idée du genre de réflexion que l’on devrait avoir avant de vouloir chercher une solution à l’extérieur de nous.

Attention, je ne suis pas en train de dire que l’on peut régler toutes les situations difficiles ainsi ! Je ne suis pas non plus en train de dire que tout est de notre faute.

Ce que je veux te partager aujourd’hui, c’est que parfois, quand les choses vont mal, il peut être intéressant de se remettre en question. Analyser son comportement, voir ce que l’on a fait ou pas fait. Voir comment on peut s’améliorer pour induire un bon comportement chez l’autre.

 

C’est comme une mère qui se plaint que son enfant est anxieux : elle va lui faire suivre des thérapies, lui faire prendre des médicaments peut-être pour soigner cela. Alors qu’elle-même est extrêmement anxieuse au quotidien, s’inquiétant pour tout et rien.

 

On ne peut pas changer les gens. On peut juste leur montrer 
un chemin, puis leur donner envie de l’emprunter.
Laurent Gounelle

 

Parfois, plutôt que de s’acharner à vouloir changer les autres, il peut suffire de changer son propre comportement. Je l’ai expérimenté moi-même : j’en suis donc convaincue !

Alors remettons-nous en question. Ne nous nous voilons pas la face sur nos défauts et nos mauvais traits de caractère. N’allons pas systématiquement chercher la solution « à l’extérieur ».

Parfois la solution est juste là. En nous.


Si tu as aimé cet article, tu devrais aussi aimer :

Changer sa vie : L’importance de bien s’entourer

Pourquoi on devrait arrêter de se comparer aux autres.

 

 

 

4 Commentaires

  1. Anonymous_switzerland

    Super article 👌🏼 t’es-Tu inspirée de la communication non violente ?
    Bravo en tout cas

    • Merci 🙂 En toute honnêteté, cette réflexion m’est venue après une période difficile dans ma vie. C’est cette leçon que j’en ai tiré et que j’ai voulu vous partager. On va dire que j’ai appris cela sur le tas, à mes dépends. Mais il est possible que cela se retrouve dans la CNV. Merci de ton intérêt en tout cas 🙂

  2. Salam ,
    Super ton article je me reconnais parfaitement dans ton analyse !
    Et suite à quelque échec perso !!! j ai décider de me remettre en questions !!!
    Et je valide 💯%
    Bravo !! J ai hâte de lire les autres articles ..
    sarolaïka

  3. Merci pour ton message ! ça m’encourage beaucoup à continuer. Et je suis contente que tu partages mon analyse 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *